Votre patron vient de vous proposer une prestation d’intrapreneuriat ? Vous ne savez comment réagir ? Savez-vous réellement ce que cela implique ? Lancée aux Etats-Unis dans les années 70’, l’intrapreneuriat a de quoi séduire.

Attention, il ne s’agit pas d’ « entrepreneuriat ». Contrairement à l’activité de l’entrepreneur, qui n’est par définition pas salarié, l’intrapreneur agit au sein d’une entreprise qui l’emploi. Ainsi, pas de panique : il est normal que votre supérieur ait pu vous proposer une telle prestation.

L’intrapreneuriat résumé en 3 mots

Pour parler de l’intrapreneuriat, nous pourrions développer des thèses savantes telles que l’économie sociale depuis la révolution industrielle et la conquête des nouveaux marchés par les entreprises. On se limitera néanmoins à trois mots pour définir l’intrapreneuriat :

  • La sécurité du salariat
  • La liberté de la création
  • La confiance d’un employeur

Voyons de plus près ce que recouvre la notion d’intrapreneur. Faut-il avoir peur de se lancer ?

L’intrapreneur conserve son emploi en toute sécurité

Votre employeur peut vous avoir sollicité pour innover. Il souhaite que vous mettiez à son service votre créativité. Néanmoins, le processus d’innovation, quel qu’il soit, nécessite de prendre des risques. Vous le voyez tous les jours : face au développement d’une nouvelle activité, tous les entrepreneurs ne réussissent pas.

Tout projet économique n’est pas viable, et le temps passé à travailler sur le développement d’un projet personnel peut rapidement être perdu si le projet ne parvient pas à son terme. Dans ce contexte, l’intrapreneuriat vous confère une véritable garantie. Quoi qu’il se passe, vous ne perdrez pas votre emploi, et vous serez quand même payé à la fin du mois même si vous n’avez pas rapporté d’argent à votre entreprise. Rassurant, n’est-ce pas ?

Votre employeur vous laisse une véritable liberté de création

Comme un créateur d’entreprise, l’intrapreneur devra faire preuve d’imagination. Dans un secteur concurrentiel, il est nécessaire de déléguer à des porteurs de projets le soin d’innover et de comprendre comment se placer sur de nouveaux marchés.

Qu’il s’agisse d’une jeune entreprise ou des grandes entreprises multinationales, l’innovation nécessite toujours une certaine liberté. Pensez-vous vraiment que Bill Gates, au fond de son garage, savait qu’il était en train de créer une entreprise dont la valeur boursière se chiffrerait en milliards de dollars ?

Votre employeur vous fait confiance

Surtout, s’il vous propose une prestation d’intrapreneuriat, c’est que votre employeur vous fait confiance. L’ouverture d’esprit est une qualité managériale incontestable. Si votre manager est capable d’effectuer une bonne gestion des ressources humaines, et assure une communication interne satisfaisante, alors toutes les conditions sont réunies pour que vous puissiez vous lancer dans une telle prestation.

L’intrapreneur doit avoir un soutien inconditionnel dans sa tâche afin d’effectuer un travail sérieux et complet. De son côté, son employeur doit le laisser suffisamment libre pour qu’il puisse se consacrer au développement d’un nouveau marché, et ne pas le rappeler sans cesse sur son ancien poste.

Que gagnez-vous à devenir intrapreneur ?

Il existe un raisonnement qu’il ne faut absolument pas avoir face à une proposition d’intrapreneuriat ? À priori, votre patron vous sollicite pour une prestation d’intrapreneuriat sans compensation. Vous ne gagnerez donc rien de spécifique, si ce n’est votre salaire habituel à la fin du mois. Alors, pourquoi prendre des risques ? Avec une telle réflexion, vous ne gagnerez que la méfiance de votre employeur.

Au contraire, la proposition d’intrapreneuriat est une véritable opportunité ! Pourquoi cela ? Outre le fait que l’innovation participative au sein de votre société sera vue d’un œil bienveillant par votre employeur, elle renforcera votre culture d’entreprise et votre responsabilisation. L’expérimentation qui vous est proposé est un véritable atout. Votre employeur pourra vous observer en train de valoriser l’entreprise, et pourra juger votre implication, la méthodologie que vous appliquez.

Si vous hésitez encore, sachez que l’intrapreneuriat vous fait travailler votre culture entrepreneuriale. Si vous souhaitez à un moment ou à un autre créer votre entreprise, vous aurez l’occasion de connaître les rouages d’une étude de marché et de la construction d’un cahier des charges.

Que faire si mon intrapreneuriat est un échec ?

Il peut arriver que votre prestation d’intrapreneuriat soit un échec. Dans ce cas, nous vous proposons d’en conserver les bons côtés, les bonnes expériences. La recherche et le développement dans une entreprise ne peuvent toujours mener à des bonnes idées, mais elles sont nécessaires. Car sans elles, les bonnes idées ne pourraient jamais être mises en œuvre.

Un employeur ne devrait jamais tenir rigueur à son salarié d’une mission d’intrapreneuriat qui a échoué. Ce serait voir d’un mauvais œil le volontariat d’un salarié et son dévouement pour la réussite de son entreprise. Cette contre-productivité pourrait ainsi mener à mal la cohésion au sein de votre groupe.