Êtes-vous un Slasheur ? Les actifs choisissant de jongler entre plusieurs jobs sont de plus en plus nombreux. Souvent par passion, ils rajoutent une corde à leur arc professionnel leur permettant de donner du sens à leur travail ou d’amorcer un changement de vie. Que désigne réellement ce terme ? Pourquoi opter pour plusieurs métiers à la fois ? Focus sur une autre façon de concevoir sa vie professionnelle.

Slasheur : définition d’un mode de travail qui se répand

En 2007, la sociologue américaine Marci Alboher publie One Person / Multiple Careers, un essai dédié à ce nouveau type de parcours professionnel. C’est la première fois que le terme « slasheur » est employé pour désigner le cumul de deux activités, ou plus, au quotidien. Un terme qui trouve son origine dans le signe typographique «  / », soit « slash » en Anglais. Cette référence à la barre oblique n’est pas anodine : elle est en effet justement utilisée par ces actifs pour présenter leurs multiples métiers, notamment sur le réseau social LinkedIn.

Le terme désigne donc les travailleurs ayant choisi, pour différentes raisons, de cumuler plusieurs emplois en même temps : médecin / photographe, agriculteur / clown ou encore professeur des écoles / sophrologue : les exemples sont vastes et reflètent une autre philosophie du travail, où avoir différentes casquettes n’est plus synonyme de dispersion mais d’épanouissement.

Pourquoi« slasher »?

Les raisons qui amènent à slasher couvrent des réalités très différentes : les travailleurs pluri-actifs ne sont pas seulement ceux combinant deux jobs pour leur équilibre personnel. Il peut ainsi s’agir d’un salarié dont le poste recouvre plusieurs rôles ou encore d’une personne cumulant deux statuts comme freelance / salarié pour des raisons économiques. Majoritairement, il s’agit d’un choix personnel : 64 % des slasheurs français déclarent en effet avoir opté volontairement pour ce mode de travail.

Slasher peut aussi être synonyme de transition pour celles et ceux qui sont en cours de reconversion professionnelle. Ils décident alors de poursuivre deux voies en parallèle, en attendant de lancer leur propre activité ou une nouvelle carrière : 38% des entrepreneurs français ont ainsi quitté leur emploi pour se lancer dans l’entreprenariat.

Néanmoins, un point commun relie tous ces profils : celui de délaisser les standards de la vie active et de la pression hiérarchique pour un parcours professionnel plus créatif et à l’image de leur personnalité.

Qui sont les Slasheurs ?

D’après une étude réalisée en 2015 à l’occasion du Salon des micro-entreprises, les slasheurs représentent 16 % des actifs en France, soit environ 4,5 millions de personnes. À noter, d’ailleurs, que d’après l’INSEE, 85 % des slasheurs seraient des slasheuses… Si le cumul des activités n’est pas un phénomène récent, il a tout de même connu une évolution importante avec la création du statut d’auto-entrepreneur en 2009.

Toutes les tranches d’âge sont impliquées, à commencer par les Digital Natives et les trentenaires de la Génération Y. Ultra-connectés, ils tirent profit des opportunités du développement numérique. Quant aux seniors, ils ne sont pas en reste : souhaitant augmenter leurs revenus ou maintenir une vie sociale, ils sont parmi les premiers à slasher. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, si le terme est récent et si le nommer permet de mieux le reconnaître dans le monde du travail, c’est pourtant loin d’être une nouveauté : la pluriactivité était même tout à fait normale à l’époque médiévale !

À l’heure où les modèles économiques changent et où les risques de crises fragilisent la sécurité de l’emploi, l’émergence d’autres façons d’envisager le travail témoigne de nouveaux besoins chez les actifs ; par exemple, celui de bâtir un projet qui leur soit personnel et qui leur apporte du sens. Vous souhaitez justement vous lancer dans l’auto-entreprenariat ? Découvrez si créer une entreprise en 2019 est réellement opportun !

Article rédigé par
Gwenaëlle MASSART