Un état de rapprochement bancaire est un synopsis des activités bancaires qui correspond aux enregistrements transactionnels du grand livre d’une entité commerciale. Il s’agit d’un système de contrôle interne efficace adapté à la réduction des fausses déclarations/fraudes entre les factures et le paiement réel.

L’état de rapprochement bancaire garantit que la préparation et les encaissements financiers sont déposés en banque. Il reconnaît les différences entre le solde bancaire et les créances des clients, afin de mettre en évidence les écarts à rectifier ultérieurement. Un comptable établit généralement des états de rapprochement une fois par mois. 

 

Signification d’un état de rapprochement bancaire

Le but d’un état de rapprochement bancaire est de révéler et de traiter toute erreur d’enregistrement et tout retard de paiement au cours de ladite période commerciale. Il expliquera les questions à examiner dans le processus soit de collecte ou d’enregistrement de la transaction.

Les comptables utilisent les relevés bancaires pour confirmer pourquoi le client n’a pas reçu de chèques commerciaux. Un grand nombre de chèques non encaissés peut montrer que l’entrepreneur n’est pas organisé dans la tenue des données comptables de son organisation. Il permet de déceler une tendance à la fraude et d’y remédier à temps. 

 

Processus d’état de rapprochement bancaire

Le processus nécessite de regarder chaque transaction en interne telle qu’elle est enregistrée et de comparer avec le montant crédité. Si un montant n’est pas crédité, il faut alors passer une écriture pour les créances ou les créanciers. En fonction du nombre de transactions et de leur complexité, ainsi que du temps nécessaire à la clôture des comptes, le processus peut être quotidien, hebdomadaire ou mensuel, à n’importe quel intervalle. Le moyen le plus simple est de tenir manuellement un livre de transactions et de noter la transaction correspondante. Cependant, même si l’on utilise une application électronique, un comptable doit garder un œil sur les signaux d’alarme et sur ce qui n’est pas résolu. Les transactions non résolues doivent être recherchées et corrigées avec une explication des erreurs. Vous devez tenir compte des différences de temps entre la compensation des paiements par chèque, comme les « chèques en suspens » et la compensation des paiements électroniques. Tous les problèmes en suspens à la fin du mois doivent impérativement être rattachés à l’une ou l’autre transaction des mois précédents pour régulariser les opérations.