Pendant plusieurs années, les entreprises ont négligé la place des salariés dans leur réussite et leur performance. Pour agir face à cela, le gouvernement a mis en place des dispositifs spécifiques. Ils aident à assurer la santé physique et mentale des collaborateurs. Dans ce cadre, il y a l’indicateur d’une bonne santé au travail. Suivez nos explications pour mieux le comprendre. 

 

L’importance de la santé au travail

 

En août 2021, de nouvelles réglementations ont été instaurées afin de garantir le bien-être des salariés dans le secteur professionnel. L’objectif est de mieux considérer le facteur humain dans le fonctionnement d’une entreprise. Ces dispositions assurent un meilleur accompagnement des collaborateurs tout au long de leur carrière. La santé au travail contribue fortement à la qualité de vie au travail ou qvt. Elle est importante, car elle influence l’engagement des employés dans la société. Cela peut ainsi impacter sur la performance et la production des équipes.

 

L’utilité des indicateurs de santé

 

Pour réaliser un diagnostic

Les indicateurs de santé au travail permettent de faire un diagnostic de la réalité des salariés dans une entreprise. Ces outils d’observation aident à comprendre les enjeux financiers, commerciaux et industriels à travers le bien-être des salariés. Ils sont utilisés pour obtenir une vision globale sur leur qualité de vie professionnelle. Ces indicateurs offrent la possibilité d’examiner l’environnement de travail, mais aussi la relation entre la performance et la qualité. Ils s’appuient sur les problèmes de motivation, d’absentéisme et d’usure.

 

Pour monter une stratégie adéquate à la situation

Une fois le diagnostic terminé, les indicateurs permettent de mettre en place un plan d’action adéquat. Il est question d’ajuster la stratégie pour améliorer la qualité de vie des travailleurs. Pour ce faire, il est indispensable de mobiliser différents acteurs dans l’entreprise. Cela concerne notamment la direction, les managers, les préventeurs, mais aussi les différents responsables des ressources humaines. Il est important d’établir une politique claire dans un langage commun pour favoriser la compréhension de chaque entité. Il faudra aussi informer les collaborateurs des changements à venir.

 

Pour faire un suivi et une veille sur la santé en entreprise

Lorsqu’une entité a entamé une démarche pour optimiser la santé au travail, il est essentiel de réaliser un suivi en amont. Quand les actions sont mises en place, il faut surveiller son évolution à l’aide d’un tableau de bord. Ce dernier permet d’identifier les secteurs où les résultats sont encore faibles. Vous allez pouvoir ajuster les plans d’action en fonction des données obtenues.

 

Les domaines d’application des indicateurs

 

Les indicateurs de santé au travail agissent sur différents pôles, tels que :

  • les relations professionnelles : cela concerne le partage d’information, l’engagement entre les salariés et la qualité des échanges ;
  • l’environnement de travail : il s’agit des conditions dans lesquelles les salariés vivent quotidiennement. L’environnement physique et moral sont aussi pris en compte ;
  • l’égalité : pour assurer le bien-être des collaborateurs, il faut que chaque personne soit traitée de la même manière ;
  • l’évolution professionnelle : pour les travailleurs, il est important d’avoir accès à des ateliers ou des formations.

 

La mise en de l’indicateur de bonne santé

 

Pour mettre en place les indicateurs, il faut commencer par définir les plus pertinents. Chacun d’eux est important. Néanmoins, au nouveau de l’efficacité, tout dépend de votre situation. Vous pouvez choisir les indicateurs classiques, comme l’absentéisme, l’accidentologie ou le turn-over. Ensuite, vous devez définir votre cible et votre objectif. Les résultats sur les managers se différencient de ceux obtenus sur les ouvriers, par exemple. Vous fixez la durée de l’observation et vous mettez en place les solutions adéquates.