La levée de capitaux extérieurs ou la vente d’une partie de votre entreprise est courante pour les propriétaires de petites entreprises et les entrepreneurs… cependant, elle peut aussi être très intimidante.

En tant que propriétaire de petite entreprise, vous êtes un expert dans votre propre domaine, mais faire un pas dans le Monde de la levée de capitaux de démarrage peut donner l’impression d’aller dans un pays étranger, où personne ne parle anglais.

En d’autres termes, vous êtes perdu.

 

Trouvez votre chemin

 

1. Qui sont les investisseurs en capital d’amorçage ?

La première question à se poser est la suivante : Qui sont les investisseurs en capital d’amorçage ? La réponse est assez courte et ils se répartissent en trois catégories.

 

Amis et famille : La catégorie la plus facile à demander de l’argent. Souvent, les amis et la famille peuvent fournir du capital s’ils aiment votre idée, cependant, ils ne seront souvent pas d’une bonne utilité en termes de conseils commerciaux.

Anges commerciaux : Il en existe des milliers. La plupart sont des hobbyistes qui achètent une idée et l’équipe, plus qu’ils n’achètent des chiffres et une diligence commerciale rigoureuse.

Fonds de capital-risque d’amorçage : Parlant de diligence commerciale rigoureuse, c’est là que les fonds de capital-risque de démarrage entrent en jeu. Ceux-ci sont très professionnels et nécessiteront fréquemment de nombreuses réunions. De plus, ils auront plusieurs partenaires impliqués dans le processus de prise de décision.

 

2. Comment puis-je savoir combien de capital, je dois lever ?

En supposant que vous dépensez plus de capital que vous n’en recevez, la réponse est très simple : vous devez lever des capitaux pour vous maintenir en vie pendant les 15 prochains mois.

Cela semble facile, non ?

Probablement pas, alors je vais vous donner un exemple rapide :

Vous êtes une entreprise technologique. Vous avez besoin de 4 développeurs de logiciels dans votre équipe. Ils coûtent chacun 200 k€ par an là où vous êtes situé. Vous n’avez pas d’autres coûts matériels. Vous attendez des revenus de 300 €$ au cours des 15 prochains mois

Du côté des coûts, vous aurez besoin de 4*200 k€ = 800 k€. Cependant, vous ferez également 300 000 €, ce qui ramène votre besoin de financement à 500 000 €. C’est ce que vous cherchez à lever.

 

3. Quelle est la valeur de mon entreprise ?

Vous savez, vous avez besoin de lever 500 k€. Cependant, vous n’avez toujours pas d’indice sur la valeur de votre entreprise. Alors, combien de capitaux propres êtes-vous prêt à donner ?

Pour un tour de capital de démarrage, la règle générale est de donner 20-25% des capitaux propres de votre entreprise.

En d’autres termes, si vous levez 500 k€ et donnez 25% des capitaux propres, la valorisation de votre entreprise est de 500 k€ / 25% =2 m€. Si vous donnez 20% des capitaux propres, la valeur est de 2,5 m€.

 

4. Concentrez-vous sur l’obtention des bonnes personnes à bord, pas sur votre évaluation

Lors de la levée de capital d’amorçage, l’une des erreurs fondamentales que beaucoup font, est de se concentrer sur l’évaluation au lieu des personnes. Cependant, après le tour de table de capital d’amorçage, vous détiendrez toujours la majorité des capitaux propres et vous espérez pouvoir faire évoluer cette entreprise vers quelque chose d’énorme.

Pour la faire évoluer vers quelque chose d’énorme, vous aurez probablement besoin d’une expertise extérieure et c’est très important lors de la levée de capital d’amorçage. Idéalement, cette expertise extérieure devrait compléter votre ensemble de compétences.

En supposant que vous êtes un fondateur avec un bagage technique, vous aurez probablement besoin de quelqu’un qui peut :

 

Aider avec le plan stratégique

Fournir des capacités de vente et de marketing

Ne doit pas nécessairement avoir de fortes capacités techniques

 

En d’autres termes, la valorisation à laquelle l’investisseur offre n’est qu’une petite partie de l’équation, lors de l’évaluation d’une offre.

La question devient alors : Comment puis-je savoir s’ils apporteront quelque chose à la table ? La réponse est de faire votre propre diligence raisonnable sur l’investisseur, tout comme vous le feriez pour embaucher du personnel.

 

5. Pratiquez votre présentation et connaissez vos chiffres

Vous avez déjà remarqué à quel point les  » requins  » perdent rapidement patience avec les fondateurs qui ne connaissent pas leurs chiffres ?

Et que pensez-vous de ces personnes qui ne connaissent pas leurs chiffres ?

Vous penserez sûrement qu’elles ont l’air d’amateurs et c’est exactement ce que pensent aussi les requins. La première impression est tout lorsqu’on rencontre des investisseurs, et voici trois lignes directrices à retenir :

Pratiquez votre argumentaire, pour donner une bonne première impression

Connaissez vos chiffres

Commencez tout de suite à faire votre due diligence sur l’investisseur. Posent-ils de bonnes questions, et ai-je envie de travailler avec ces investisseurs ?