Les gestionnaires d’actifs passent au cloud pour les données alternatives

 

 
 

En examinant les clients dans tous les secteurs, les gestionnaires d’actifs ont été parmi les adopteurs les plus prudents du cloud. Selon les estimations d’Accenture, la plupart des entreprises en sont actuellement à environ 20 % de déploiement du cloud. Pourtant, notre étude, The Future of Asset Management, montre que la plupart des gestionnaires d’actifs en sont encore aux premiers stades de la migration vers le cloud, seuls 8 % d’entre eux indiquant avoir déjà achevé leur voyage vers le cloud.

 

Il est temps de rejoindre l’avenir alimenté par le cloud

Je pense que le moment est venu pour les gestionnaires d’actifs de récolter les énormes avantages commerciaux disponibles en adoptant des solutions basées sur le cloud. Passer au cloud est l’un des meilleurs moyens pour les gestionnaires d’actifs de se préparer à un futur environnement opérationnel qui est en train de prendre forme.

C’est un avenir dans lequel le numérique est omniprésent – avec des capacités vitales, notamment l’obtention de données de n’importe où sur n’importe quelle plateforme (pour les clients) et le travail de n’importe où (pour les employés). Dans lequel les entreprises devront se défaire des contraintes de l’héritage pour rivaliser efficacement avec des concurrents agiles, nés dans le cloud. Dans lequel la sécurité disponible auprès des fournisseurs de cloud par rapport aux systèmes sur site est critique pour la mission.

Et – plus important encore – dans lequel les données alternatives sont essentielles pour générer de l’alpha. La nécessité d’accéder, de traiter et de fonder les décisions d’investissement sur des types de données non traditionnelles est l’une des raisons les plus puissantes pour les gestionnaires d’actifs de passer au cloud. J’en dirai plus à ce sujet plus tard.

 

Vitesse et agilité accrues à moindre coût

Mais d’abord, examinons les facteurs plus larges qui poussent les entreprises de gestion d’actifs les plus avant-gardistes d’aujourd’hui à créer une couche de cloud fondatrice à l’échelle de l’entreprise. Ces entreprises ont compris qu’elles devaient élever leurs performances à de nouveaux niveaux en transformant ce qu’elles font et comment elles le font et ce plus rapidement. Le cloud peut les y aider en ouvrant la voie à une évolutivité et une vitesse plus élevées, à une meilleure efficacité opérationnelle et à une innovation plus rapide.

Les résultats du passage au cloud incluent la capacité à redéfinir les modèles opérationnels et à réduire les coûts à un rythme soutenu. Notre recherche parmi les gestionnaires d’actifs utilisant le cloud révèle que 63 % d’entre eux font état d’une amélioration de l’efficacité opérationnelle pour les activités de changement et d’exécution, ce qui en fait l’avantage le plus souvent cité du cloud devant des modèles d’entreprise plus flexibles (58 %) et la capacité à fonctionner comme une entreprise agile et à répondre aux événements changeants (57 %).

 

Harber la puissance des données alternatives

Un autre rapport de recherche récent d’Accenture dans l’espace de gestion d’actifs a révélé que 40 % des personnes interrogées ont l’intention d’augmenter leur traitement de nouvelles formes de données pour générer des idées. Et cela met en évidence une autre raison spécifique au secteur d’adopter le cloud. Comme je l’ai mentionné précédemment, c’est l’opportunité d’exploiter toute la puissance des données alternatives.

À l’avenir, les « données de table » standard disponibles pour tout le monde ne suffiront pas à générer de l’alpha. Il faudra au contraire des « données alternatives » différenciées, allant des offres d’emploi aux images satellites des parcs automobiles des détaillants, en passant par les journaux des déplacements en jet des entreprises. Ce vaste éventail de données pourrait fournir la piste privilégiée aux gestionnaires pour prendre des décisions d’investissement plus ciblées.

Cependant, le défi avec les données alternatives est qu’il y en a tellement provenant de tellement de sources différentes. Cela signifie que la réalisation de son plein potentiel nécessite une puissance de calcul et un stockage massifs à une échelle qui n’est disponible qu’avec des architectures basées sur le cloud. Ainsi, pour générer de l’alpha à l’avenir, le cloud ne sera pas seulement un nice-to-have, mais un impératif commercial.

 

Sommaire

Articles récents

Découvrez les dernières tendances, conseils et actualités du monde des affaires grâce à notre blog d’entreprise. 

Copyright © 2023 | Tous droits réservés.