Le jeudi 26 avril marque la journée “Emmenez nos filles et nos fils au travail”

 

Combien d’entrepreneurs participent à cette fête, exactement ? Nous avons discuté avec une poignée d’experts en entrepreneuriat pour savoir s’ils prévoient d’emmener leurs enfants au bureau cette année et comment ils vont célébrer cette journée.

 

1. « Je suis avocat spécialisé dans l’immigration. L’année dernière, j’ai emmené ma fille de neuf ans et les filles de neuf ans de mes deux assistants au palais de justice. Le personnel du tribunal a organisé un petit-déjeuner pour les enfants dans l’une des grandes salles d’audience, a rencontré plusieurs juges, a assisté au procès des trois petits cochons, a regardé une véritable audience par vidéo et a rencontré des chiens de thérapie pour animaux fournis par le Bureau de défense des victimes. Le tribunal a distribué des livres à colorier sur le thème du droit. Ce fut une excellente expérience que nous espérons renouveler cette année. » 

 

2. « J’emmène régulièrement mes deux filles à de nombreux événements professionnels, car j’aime être avec elles et je veux les exposer à l’environnement des affaires. Une année, j’ai emmené ma fille aînée au travail, mais j’ai fait quelque chose de différent, je l’ai emmenée dans le bureau de quelqu’un d’autre. Elle sait déjà ce que je fais et je voulais qu’elle découvre un autre domaine. Nous avons visité un cabinet d’architectes avec lequel je travaille. Elle a vraiment apprécié et je pense qu’elle a aimé entendre quelqu’un qui n’est pas son père. Je le recommande à d’autres personnes ». 

 

3) « Nous le faisons une fois par an et l’expérience a été INOUBLIABLE ! La journée est divisée en 3 étapes. Tout d’abord, le matin, nous essayons de faire en sorte que ce soit une journée de travail normale afin que les enfants puissent voir leurs parents travailler réellement comme ils le font tous les jours. Ensuite, nous organisons un déjeuner collectif de toute l’équipe et nous essayons de générer une atmosphère très familière où nous faisons même des tirages au sort pour que chaque enfant emporte un souvenir de l’entreprise. Enfin, l’après-midi, nous organisons des jeux où père et fils jouent en équipe. Nous avons trouvé que c’était la meilleure façon de passer cette journée spéciale ! J’espère que cela pourra être utile à d’autres petites entreprises également. » 

 

4) « J’ai commencé à amener ma fille au bureau quand elle avait 9 ans, et nous avons imaginé des choses à faire pour elle. Par exemple, elle a trié des papiers et classé des documents. Je lui ai même versé un peu d’argent pour qu’elle continue à s’intéresser à la question. Elle a maintenant 10 ans et a travaillé quelques fois. Elle prend cela très au sérieux, a une très bonne éthique de travail et demande constamment quand elle peut revenir. Après le travail, nous allons manger un morceau. C’est une occasion mémorable pour nous deux, et une chance pour moi de lui parler de l’éthique du travail, du respect des autres et des autres compétences nécessaires pour être un membre productif de la main-d’œuvre. »

 

5) « Lorsque j’ai emmené mon fils au travail, je ne voulais pas qu’il ait une impression négative de ce qu’est la vie dans mon cabinet d’avocats. Il y a des jours où les affaires sont compromises et où les négociations ne se déroulent pas sans heurts, après tout. Au lieu de cela, je lui ai demandé son opinion sur certaines affaires que nous avions réglées afin qu’il apprenne l’éthique. Je lui ai demandé s’il pensait qu’un employeur qui licenciait quelqu’un parce qu’il était noir avait raison ou tort, et je lui ai demandé s’il pensait que les garçons et les filles devaient gagner la même somme d’argent s’ils faisaient le même travail. Je lui ai dit que mon travail consistait à m’assurer que les patrons traitent tout le monde équitablement, et j’ai comparé cela à la façon dont il est traité à l’école. Serait-il juste que votre professeur vous donne différentes notes  parce que vous êtes un garçon ? Ou parce que tu n’es pas d’accord avec ce qu’elle croit ? Il m’a répondu que non, rien de tout cela ne serait juste, et il m’a demandé pourquoi les gens se faisaient ça entre eux. Il m’a également demandé comment j’aidais ces personnes et s’il y avait quelque chose qu’il pouvait faire. J’étais fière et heureuse qu’il ait eu la capacité et le désir de faire ces déclarations. Avec le recul, amener mon fils au travail et utiliser ma carrière pour lui donner l’occasion de réfléchir à l’éthique et à la morale a été un moment précieux pour nous deux, et j’ai estimé que ce n’était qu’une raison de poursuivre la journée par la suite. J’ai ouvert cette journée à tous nos employés et j’ai par ailleurs pensé qu’il serait bénéfique pour les enfants de chacun de se rencontrer et de se mêler aux autres. Certains enfants sont devenus de bons amis, et si ces relations se poursuivent tout au long de leur vie, alors je considère que la journée « Emmenez votre enfant au travail » est un succès total. »

 

6) « Je participe effectivement à la journée « Emmenez votre enfant au travail ». Mon adolescent, qui s’y connaît en médias sociaux, a été un atout considérable ce jour-là et a depuis été embauché à temps partiel par l’entreprise pour faire des petits travaux et aider à la recherche et à l’affichage sur les médias sociaux pour nos clients. Mon mari est propriétaire de l’entreprise et, ensemble, nous aimons offrir un environnement favorable à notre personnel et, par extension, à leurs familles, ce qui inclut des événements pour le personnel et la journée « Amenez votre enfant au travail ».

 

7) « Lorsque ma fille a eu 12 ans, elle a passé la journée avec moi au travail. Je suis avocat spécialisé dans les successions et elle est venue au tribunal avec moi. Je l’ai présentée au juge en tant que mon assistante juridique, et je l’ai préparée à ce qu’elle devait dire à son Honneur, s’il lui posait des questions. L’expérience s’est bien passée. Le fait de savoir que le juge avait le sens de l’humour m’a aidé ».

 

8) « Je participe toujours à la journée Invitons nos enfants au travail. Mon fils a six ans et j’aime qu’il voie ce que je fais et pourquoi je le fais. Pour moi, ce n’est pas seulement une fois par an, je l’amène à mon bureau plusieurs fois par mois et je lui parle de ce que je fais. Même s’il n’a que six ans, il peut encore apprendre beaucoup de choses. Mon père a commencé à m’enseigner la vente et le marketing dès mon plus jeune âge et j’ai l’intention de faire la même chose avec mon fils. Mon fils adore l’expérience et apprend les idées commerciales de base comme l’utilisation d’une caméra vidéo, d’un appareil photo, la mise en place de décors, le pilotage d’un drone, etc. »