Qu’est-ce que le dividende ?

Avant d’entrer dans les détails du rendement des dividendes par rapport au taux de distribution, il est important de décomposer le concept de dividende. Le dividende, de manière très simpliste, est la répartition des bénéfices de la société entre les actionnaires. Il est généralement déclaré à intervalles réguliers, qui peuvent être mensuels, trimestriels ou annuels. De plus, les dividendes sont exprimés en pourcentage de la valeur nominale de l’action.

 

Différence entre le rendement du dividende et le paiement

Les deux termes peuvent sembler interchangeables et étroitement liés à première vue. Cependant, ce n’est pas le cas, même de loin. Le rendement des dividendes fait référence au taux de rendement obtenu par les actionnaires sur leur investissement. Alors que le ratio de distribution des dividendes représente la part des bénéfices que l’entreprise distribue sous forme de dividendes.

Rendement du dividende Rendement du dividende Aide l’investisseur dans sa prise de décision à la discrétion de l’entreprise Compare le dividende au cours du marché de l’action Compare le dividende aux bénéfices Paramètre pertinent pour les investisseurs qui préfèrent les actions à revenu avec un flux régulier de flux de trésorerie Paramètre pertinent pour les investisseurs qui préfèrent les actions de croissance

 

Rendement du dividende

C’est un ratio financier qui indique le pourcentage de dividendes en espèces reçus par rapport au cours du marché de l’action. Ce ratio est très pertinent du point de vue de l’investisseur. Il cherche à exprimer le rendement obtenu pour chaque euro investi dans l’action de la société.

Rendement du dividende = Dividende par action/  Prix du marché par action * 100

 

Actions à haut et bas rendement

Sur la base de la stratégie de dividende d’une organisation, il est possible de classer les actions en actions à haut et bas rendement. Ces deux catégories répondent aux besoins de différentes classes d’investisseurs.

Bien que cela semble être une forme d’investissement très lucrative, ce n’est pas nécessairement le cas. Les actions à haut rendement versent une grande partie de leurs bénéfices sous forme de dividendes. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on les appelle des actions à revenu. Ces actions ne démontrent pas une inclinaison à la croissance puisqu’elles distribuent la meilleure partie de leurs bénéfices au lieu de les réinvestir.

Au contraire, les actions à haut rendement représentent également une stabilité des bénéfices et du potentiel de gain de l’entreprise. Les analystes les considèrent comme des investissements plus « sûrs » pour la même raison. Les actions à haut rendement sont le type d’investissement préféré des investisseurs qui préfèrent un flux régulier de revenus.

 

Paiement des dividendes

Le ratio de distribution des dividendes représente la part des bénéfices qui est distribuée sous forme de dividendes aux actionnaires. Les bénéfices font référence au revenu net qui reste après avoir pris en compte les engagements externes tels que les intérêts et les impôts. Le ratio de distribution est extrêmement utile car il est révélateur de plusieurs facteurs. Certains d’entre eux incluent la santé financière de la société, ses perspectives et son niveau de maturité.

Ratio de distribution = Dividende par action /Bénéfice par action

 

Ratio de rétention

La compréhension du paiement du dividende est incomplète sans le ratio de rétention. Le ratio de rétention représente la partie des bénéfices totaux qui ne sont pas disponibles ou distribués par l’entreprise. Ils sont réinvestis dans l’expansion et la croissance. C’est cette dynamique qui détermine en fin de compte le potentiel de croissance de l’entreprise. La formule ci-dessous cherche à l’expliquer :

g = b * r  g= croissance ; b= bénéfices totaux ; r = ratio de rétention.

 

C’est pourquoi l’équation ci-dessus permet d’affirmer que la croissance est une fonction directe du quantum des bénéfices réinvestis dans les opérations futures. Toutefois, cette proposition ne peut se vérifier que lorsque l’entreprise est effectivement confrontée à des investissements à haut rendement. Le détournement des bénéfices vers de tels investissements aidera l’entreprise à obtenir des taux de rendement plus élevés. Ce qui augmente en conséquence le prix des actions.

Au contraire, les entreprises qui ne sont pas en phase de croissance devraient envisager d’avoir un ratio de distribution plus élevé. Cela permet d’éviter que les fonds restent inutilisés ou soient investis dans des projets qui s’avèrent néfastes pour la valeur de l’entreprise. Cela aurait sans exception l’impact de faire baisser le cours des actions.

 

Drivers du ratio de distribution des dividendes

La phase du cycle de maturité : Les entreprises établies peuvent avoir des ratios de distribution plus élevés que les entreprises en phase de développement ou de croissance. Cela s’explique par le fait que les petites entreprises préfèrent réinvestir leurs bénéfices pour alimenter une croissance plus rapide. 

L’industrie : Les paramètres du secteur d’activité influencent grandement les taux de distribution. Par exemple, les FPI sont soumises à des obligations statutaires de disposer d’un pourcentage fixe des bénéfices. Les secteurs volatils tels que la technologie et l’industrie pharmaceutique peuvent ne verser que peu ou pas de dividendes. Les secteurs stables et matures tels que la banque et l’assurance peuvent verser un taux de dividende régulier. 

Climat économique : En période de boom économique, l’entreprise peut choisir de partager les bénéfices accrus avec les actionnaires en déclarant un ratio de distribution élevé. Cependant, une telle augmentation peut ne pas être durable.